Bach, Carl Philipp Emanuel | Sei sonate per cembalo (1742)

ATELIER PHILIDOR
BI399
NEW 2020
    Délai de livraison:5-22 jours
Ajouter au panier
  • Description
  • Plus

Édition originale restaurée.

  • Sonates prussiennes [Wq. 48]
  • Instrumentation: clavecin
  • Édition | Source: Fac-similé (2020) | Balthasar Schmid, Nuremberg, 1742
  • Notation | Clefs: Sol2, Fa4
  • Langue du texte: italien
  • Papier | Reliure: Papier & couverture ivoire & reliure spiralée
  • Pages | Format: 1 volume, 42 pages - 21.6 x 35.5 cm

TABLE

  • Sonata 1 - Poco Allegro, Andante, Vivace
  • Sonata 2 - Vivace, Adagio, Allegro assai
  • Sonata 3 - Poco allegro, Adagio, Presto
  • Sonata 4 - Allegro, Adagio, Presto
  • Sonata 5 - Poco allegro, Andante, Allegro assai
  • Sonata 6 - Allegro, Adagio, Allegro
These “Prussian Sonatas” – so­called after the dedication to Frederick the Great, to whom Bach was court harpsichordist at the time – were published in 1742 by Balthasar Schmid of Nuremberg. Together with the „Württemberg Sonatas” dedicated to Duke Karl Eugen of Württemberg, which were published two years later, the “Prussian Sonatas” constitute the most important German keyboard music between Johann Sebastian Bach and Haydn.
Lorsqu'il publia ces deux premiers recueils pour clavier, i.e. clavecin, clavicorde et piano-forte, Carl Philipp Emanuel avait déjà à son actif une vingtaine de sonates pour clavier, écrites (mais non publiées) entre 1731 et 1740. Il n'en était donc plus à ses premiers essais dans le genre, et si ces deux recueils suscitent depuis toujours un vif intérêt, c'est que, déjà, ils portent très nettement la marque personnelle du musicien. Tout au long de ces douze sonates « se dessinent les traits d'un compositeur révolutionnaire qui exprime dans la musique pour clavier des émotions toutes nouvelles. Quelques-uns des traits les plus frappants du style d'Emanuel sont : une langue harmonique audacieuse avec des dissonances incisives et d'éblouissantes combinaisons d'accords, des points d'orgue dramatiques, des silences inattendus, des altérations du tempo, de brusques passages du majeur au mineur accentués encore par des effets dynamiques changeants et l'emploi de registres différents. [In: Karl Geiringer, Bach et sa famille, 1955.]»
Ces articles pourraient également vous intéresser